RefDoc
Haut

Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche


Titre du document / Document title

agomélatine (VALDOXAN°): Des risques, mais pas d'efficacité prouvée = Agomelatine (VALDOXAN°): Risks, but no proved efficiency

Affiliation(s) du ou des auteurs / Author(s) Affiliation(s)

Association Mieux prescrire (Editeur scientifique)

Résumé / Abstract

• Chez les patients atteints de dépression, lorsqu'en plus du soutien psychologique un médicament antidépresseur est jugé nécessaire, le choix se porte en première intention sur un imipraminique tel que la clomipramine ou un inhibiteur de la recapture de la sérotonine (IRS) tel que la paroxétine. • L'agomélatine est un agoniste des récepteurs de la mélatonine autorisé dans l'Union européenne pour le traitement de la dépression. • Le dossier d'évaluation clinique disponible de l'agomélatine ne comporte pas d'essai comparatif conçu pour comparer valablement en termes d'efficacité l'agomélatine à un imipraminique ni à un inhibiteur de la recapture de la sérotonine. Il comporte pour l'essentiel 7 essais versus placebo. • Des 7 essais comparatifs versus placebo, 3 seulement ont mis en évidence un effet de l'agomélatine (25 mg par jour), mesuré par une échelle, statistiquement supérieur à celui d'un placebo. L'écart de score est de signification clinique douteuse. Surtout, on ne dispose pas de résultats en termes de guérison ou de prévention des suicides. • Selon un essai, en cas d'effet insuffisant, porter la dose quotidienne d'agomélatine de 25 mg à 50 mg n'augmente pas son effet. • Un essai chez 367 patients a conclu que l'agomélatine n'est pas plus efficace qu'un placebo pour prévenir la rechute d'un épisode dépressif (29 % en un an). Un autre essai, chez 339 patients, a conclu que le taux de rechutes était statistiquement moindre à 6 mois sous agomélatine: 20,6 %, versus 41,4 % sous placebo. • À très fortes doses, l'agomélatine est cancérogène chez des animaux. On ne sait pas ce qu'il en est dans l'espèce humaine. Des sensations vertigineuses, des troubles cutanés et digestifs ont été observés. Une hépatotoxicité est probable. • Au total, pour mieux soigner les patients, il n'y a pas intérêt à utiliser l'agomélatine, d'efficacité non prouvée mais qui expose à des risques mal connus. Autant en rester à un antidépresseur éprouvé, imipraminique ou inhibiteur de la recapture de la sérotonine.

Revue / Journal Title

La Revue Prescrire    ISSN  0247-7750 

Source / Source

2009, vol. 29, no311, pp. 646-650 [5 page(s) (article)] (30 ref.)

Langue / Language

Français

Editeur / Publisher

Association Mieux prescrire, Paris, FRANCE  (1980) (Revue)

Mots-clés anglais / English Keywords

Mood disorder

;

Pineal hormone

;

Melatonin

;

Analog

;

Pharmacovigilance

;

Secondary effect

;

Toxicity

;

Depression

;

Human

;

Performance evaluation

;

Commercial form

;

Treatment efficiency

;

Agomelatine

;

Mots-clés français / French Keywords

Trouble de l'humeur

;

Hormone épiphysaire

;

Mélatonine

;

Analogue

;

Pharmacovigilance

;

Effet secondaire

;

Toxicité

;

Etat dépressif

;

Homme

;

Evaluation performance

;

Forme commerciale

;

Efficacité traitement

;

Agomélatine

;

Mots-clés espagnols / Spanish Keywords

Trastorno humor

;

Hormona epifisaria

;

Melatonina

;

Análogo

;

Farmacovigilancia

;

Efecto secundario

;

Toxicidad

;

Estado depresivo

;

Hombre

;

Evaluación prestación

;

Forma comercial

;

Eficacia tratamiento

;

Agomelatina

;

Localisation / Location

INIST-CNRS, Cote INIST : 21322, 35400017101628.0010

Nº notice refdoc (ud4) : 21842862



Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche
Bas