RefDoc
Haut

Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche


Titre du document / Document title

Motyw wrzeciona w ikonografii staro˚zytnej i wczesnochrześcijańskiej = Motif de fuseau dans l'iconographie antique et paléochrétienne

Auteur(s) / Author(s)

MALEC Monika ;

Résumé / Abstract

Le motif de fuseau fait partie d'un vieux répertoire des figurations dans l'iconographie sépulcrale. Nous le retrouvons sur les peintures égyptiennes, sur la céramique grecque. Il apparaît aussi sur les sarcophages, sur les peintures et sur les mosaïques d'Asie Mineure, Palmyre, Grèce et Rome. Dans l'iconographie antique, tenu dans la main ou déposé avec d'autres objets, le fuseau représente un attribut féminin. Il symbolise un engagement d'une femme au foyer, son soin et sa vie laborieuse. Cependant sur les représentations grecques et romaines, il apparaît dans les mains des Moires qui accompagnent les mortels et les dieux au moment de leur naissance et de leur mort. Les Moires des reliefs de sarcophages romains, tissant avec le fuseau et la quenouille, sont présentées aussi dans les scènes de la création de l'homme par Prométhée. Dans ce contexte, le fuseau prend une signification nouvelle et plus profonde. Il n'est plus qu'un attribut des femmes, leur servant dans des activités domestiques, mais un outil symbolisant le filage du destin et surtout l'inévitabilité de la mort et la renaissance de la vie. Depuis Veme siècle après Jésus Christ, l'iconographie paléochrétienne reprend le motif de fuseau, comme symbole du travail féminin, accompli pour le bien propre, de son mari et de son Dieu (Tb 2, 11-12 ; Prov 31, 13-19) en le situant dans la scène de l'Annonciation. Les représentations mariales paléochrétiennes qui puisent à cette scène gardent un typique pour l'art antique schéma de personnages. La fileuse - ici la Vierge Marie - occupée du tissage, est assise ou debout et s'approche d'elle une femme ou un homme - dans cette scène l'Ange Gabriel. Dans ce groupe, une peinture, découverte à Vieille Dongola, montrant la Vierge Marie tissant et allaitant l'Enfant Jésus, constitue une représentation unique. Car la présence de l'Enfant dont la tête est entourée du nimbe cruciforme fait qu'il est difficile de le ranger parmi les scènes classiques d'Annonciation. Dans ce cas, il s'avère plus important la présence du fuseau qu'il faut expliquer en relation avec une symbolique antique riche et diverse. Le motif de fuseau, de tissage et la présence du nimbe cruciforme, démontrés sur cette peinture, peuvent faire penser à l'incarnation et à la mort de Jésus (en rapport avec la scène apocryphiques du tissage et de la déchirure de la pourpre). Ainsi, comme l'écrit saint Augustin: «ce qui fut accroché sur la quenouille, allait s'accomplir» (la mort de Jésus?) et «ce qui fut enroulé sur le fuseau s'accomplit déjà» (l'incarnation?) (Sermo 37; PL 38, col. 227; trad. d'après le texte lat. R. Grela). Donc, Mère de Dieu aurait-elle filé le destin sur le fuseau, comme le faisaient les Moires? L'art paléochrétien puise à l'art antique la façon de démontrer le fuseau en l'approfondissant sa signification d'une nouvelle symbolique.

Revue / Journal Title

Roczniki humanistyczne    ISSN  0035-7707 

Source / Source

2003, vol. 51, no4, pp. 53-78 [26 page(s) (article)] (16 ref.)

Langue / Language

Polonais

Editeur / Publisher

Towarzystwo Naukowe Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego, Lublin, POLOGNE  (1949) (Revue)

Localisation / Location

INIST-CNRS, Cote INIST : 23349, 35400011411874.0030

Nº notice refdoc (ud4) : 16122351



Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche
Bas