RefDoc
Haut

Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche


Titre du document / Document title

The biology of Canadian weeds. 129. Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Steud.

Auteur(s) / Author(s)

MAL Tarun K. ; NARINE Laura ;

Résumé / Abstract

Le roseau commun Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Steud. est une vivace aquatique dont le vaste système de rhizomes donne chaque année des tiges ressemblant à des cannes. L'espèce pousse dans les dépressionshumides comme les marais d'eau douce et salants, les fossés de drainage, la rive des lacs peu profonds, les berges sablonneuses, le bord des routes, les boisés et les endroits rocailleux. Les tiges atteignent parfois jusqu'à 6,0 m de hauteur et leur diamètre varie de 4 à 10 mm, avec de longues sections creuses de 10 à 25 cm entre les noeuds. Les clones donnent naissance à des rhizomes vivaces emplis de tissu aérenchymateux qui acheminent l'oxygène. Les racines se développent à partir des rhizomes et d'autres organes submergés. Les feuilles lisses alternent avec des lames lancéolées de 20 à 70 cm de longueur et de 1 à 5 cm de largeur qui se terminent en longues pointes fines. L'inflorescence consiste en une panicule terminale, souvent de 30 cm de longueur, de couleur pourpre mat à jaune, dont les ramifications principales portent une multitude d'épillets. La production et la germination des semences varient considérablement et sont comparativement rares dans maints peuplements. L'espèce effectue la photosynthèse par la voie C3 (ou une variante). Les populations semblent étroitement apparentées, si l'on en juge d'après la variation génétique révélée par les isozymes et d'autres méthodes moléculaires, mais la génétique de la métapopulation varie peu. Les séquences de l'ADN des chloroplastes à deux endroits non codant indiquent que les génotypes exotiques de P. australis ont déplacé les génotypes indigènes dans certaines régions d'Amérique du Nord. Phramites australis engendre souvent d'importantes monocultures en Amérique du Nord. C'est pourquoi on note une diminution de la qualité de l'habitat et de la diversité des espèces. Néanmoins, les peuplements au bord des routes captent très efficacement maints métaux lourds issus des routes et des bâtiments voisins. On trouve Phragmites australis dans toutes les provinces canadiennes et dans les Territoires du Nord-Ouest, mais pas au Yukon ni au Nunavut. Les infestations les plus graves ont été relevées dans la région des Grands Lacs et l'espèce migre surtout par le truchement des fleuves, des canaux et des cours d'eau, quoique le bord des routes gagne de plus en plus en importance dans la dissémination. La modification du régime hydrique pourrait expliquer en partie la réussite de l'espèce et aboutir à une modification de la flore locale. Pour lutter contre les peuplements de P. australis, on recourt souvent à RodeoMC, solution aqueuse du sel isopropylamine du glyphosate. On peut aussi couper et brûler les peuplements ou en drainer l'habitat. P. australis étant considéré comme une espèce envahissante en Amérique du Nord, on étudie maintenant la possibilité d'introduire des agents de lutte biologiques.

Revue / Journal Title

Canadian journal of plant science    ISSN  0008-4220   CODEN CPLSAY 

Source / Source

2004, vol. 84, no1, pp. 365-396 [32 page(s) (article)]

Langue / Language

Anglais

Editeur / Publisher

Agricultural Institute of Canada, Ottawa, ON, CANADA  (1957) (Revue)

Localisation / Location

INIST-CNRS, Cote INIST : 3384 B, 35400011151884.0450

Nº notice refdoc (ud4) : 15628448



Faire une nouvelle recherche
Make a new search
Lancer la recherche
Bas